Chers parents

Publié le 22.02.2017 par ChroniqueAssmat :: Mes chroniques mensuelles :: Mise à jour le 22.02.2017

Chronique de Février 2017

Chers parents,

il est arrivé, il est enfin là, votre bébé à vous ! Il est parfait, bien sûr : c'est votre réussite, l'aboutissement d'un beau projet. Un véritable miracle, à vrai dire, unique, sidérant, magnifique à vos yeux de parents. Ce nouveau Petit Cœur arrivé récemment dans votre famille, ce rayon de soleil, cette étincelle d'humanité a fait l'effet d'une bombe dans votre quotidien, un véritable séisme. Pourtant vous étiez bien préparés : pas une seule fois vous n'aviez manqué les cours prénataux, assidûment vous aviez regardé tous les reportages et lu nombre de livres sur le sujet des bébés, ces 3 ou 4 kilos de vie palpitante et une voix bien plus forte que vous ne l'aviez imaginée ! Le temps de la grossesse, vous vous êtes appliqués consciencieusement à devenir parents, ces longs mois ont été bien utilisés pour appréhender toutes les facettes de ce nouveau rôle, alors pourquoi ce sentiment d'avoir sauté à pieds joints dans un vide sidéral où les nuits ressemblent à un calvaire sans fin et où les jours ne laissent plus une minute de liberté ? Prendre une douche entre deux tétées : un objectif potentiel à atteindre dans un avenir plus ou moins proche. Déguster un repas dans le calme : une illusion. Lire le journal : impossible ! Vos proches portent sur vous, votre air hagard et vos cernes sous les yeux, un regard attendri, mais néanmoins légèrement narquois. Ceux qui sont déjà passés par là semblent avoir oublié cette période si particulière, ceux qui n'ont pas d'enfant tablent plutôt sur votre manque d'organisation : tous ont un avis sur la question, un conseil avisé, une remarque plus ou moins pertinente.

Alors que votre vie ne semble avoir repris qu'un semblant de normalité, alors que les nuits ne se font pas encore sans d'innombrables allers-retours entre le lit du bébé et le vôtre, voilà que vous devez déjà penser au retour au travail. Qui s'occupera de votre tout-petit ? La grande majorité de vos amis a déjà fait une demande de place en structure d'accueil dès l'annonce de la grossesse, voire avant. Leurs arguments en faveur d'un accueil collectif sont nombreux : meilleur encadrement par des professionnels diplômés, meilleure sociabilisation des enfants, meilleure préparation à l'école, et pour beaucoup de parents, coût moins élevé que chez une assistante maternelle. On pourrait néanmoins en débattre : de très nombreux professionnels qui connaissent la réalité de l'accueil en structure collective avouent qu’ils n’y laisseraient pas eux-mêmes leur bébé. Pourquoi donc ? Alors qu'on entend parfois certains adultes parler avec tendresse et émotion de leur nounou, cette personne qui a pris soin d'eux lorsqu'ils étaient petits, cette nostalgie de l'enfance, ce doux souvenir d'un temps révolu. « Ma nounou me faisait des crêpes à la sortie de l'école » ou bien « c'est ma nounou qui m'a donné le goût de la lecture » ou encore « j'ai appris à faire du vélo chez ma nounou ». Mais vous, chers parents, vous avez fait le choix de l'accueil individuel, soit parce que vous n'avez pas obtenu de place en crèche, soit parce que vous souhaitez que votre enfant grandisse au sein d'une famille. Un choix plus ou moins volontaire, donc, et plus ou moins assumé.

Et la voilà devant vous celle à qui vous allez bientôt confier votre enfant ! Imaginer qu'une étrangère va prendre soin de votre bébé, c'est difficile à concevoir tout de même : de chaque côté, il y a un peu d'appréhension et de méfiance, avouons-le ! Comment les choses vont-elles s'organiser ? Qu'attendre exactement d'une assistante maternelle : une écoute bienveillante, des conseils, un cocon affectif pour que votre tout-petit s'éveille doucement à la vie ? Comment savoir si on lui en demande trop ou pas assez ? Attendez-vous d'elle qu'elle soit douce et pondérée, ou bien dynamique et spontanée ? Aimeriez-vous qu'elle ait un discours rassurant de professionnelle qui prend les choses en main et vous guide sur le chemin ardu de la parentalité ou bien qu'elle soit à votre écoute et s'adapte à votre situation toujours singulière. Et vous, chers parents, quel genre d'employeurs serez-vous : exigeants, confiants, intrusifs, respectueux, fiables, honnêtes ? Avez-vous réellement mesuré l'impact de votre engagement auprès de cette femme que vous côtoierez matin et soir durant plusieurs années, de sa famille qui accueille votre enfant aujourd'hui ? Elle attend de vous également du respect pour son travail, de la valorisation pour ces connaissances et son expérience, et de la reconnaissance pour son investissement. Aujourd'hui est un jour important : c'est une rencontre lors de laquelle chacun demande à être reconnu dans son rôle respectif et rassuré sur l'avenir. En sortant de chez votre nouvelle assistante maternelle, vous devrez être confiants dans l'avenir. Vous pourrez alors reprendre le travail le cœur léger et l'esprit serein, en sachant que votre bébé, ce petit être au centre de votre univers, est entre de bonnes mains.
Françoise Näser

Pour en savoir plus sur le monde des assistantes maternelles :


Laisser un commentaire ?

Par Assmat Mary-lou le 22.02.2017


une belle réalité , un "passage"de la vie de cet enfant qui va devoir compter sur le professionnalisme , les compétences de son assistante maternelle , en qui CES parents devront en effet avoir une relation de confiance la base de notre métier !

1 Réponse(s)

ChroniqueAssmat à répondu le 13.03.2017


un métier de confiance, c'est vrai !

Vous n'êtes pas connectés !

Pour pouvoir vous connecter, veuillez vous connecter s'il vous plait

Se connecter a mon compte Créer un compte

Les catégories

Facebook

Les Dernières publications

Les derniers commentaires