Publié le 14.05.2015 par ChroniqueAssmat :: Chronique littéraire :: Mise à jour le 09.09.2016

Un livre indispensable pour tous ceux qui souhaitent changer leur mode de communication avec les enfants.

...  écoutent, écouter pour que les enfants parlent »

C'est sans doute un livre fondateur qui a été réédité par les éditions du Phare, l'original « How to Talk so Kids Listen & Listen so Kids will Talk » datant de 1980. Un livre à l'origine d'un grand mouvement visant à éduquer nos enfants différemment : « nous voulons mettre fin aux discours qui blessent l'âme et recherchons un langage qui nourrit l'estime de soi » (page 119) . Un livre fondateur de l'éducation bienveillante dont s'inspire aujourd'hui nombre de pédagogues et d'auteurs (confortés par les récentes découvertes scientifiques sur le fonctionnement du cerveau), dont l'objectif est  « la recherche constante de méthodes qui affirment la dignité et la profonde humanités des personnes, celles des parents autant que celles des enfants. » (page 13), mais pour autant,  il ne s'agit pas ici « de présenter une série de techniques de manipulation du comportement, capables d’entraîner une réaction automatique [des enfants] » (page 118)

Un livre interactif, laissant une grande place à l'auto-analyse, aux notes personnelles, aux réponses individuelles, à des exercices visant à nous faire prendre conscience de nos propres réactions et de ce que peuvent ressentir nos enfants : « écrivez proprement ou de façon illisible, changez d'idée, rayez, effacez, mais écrivez. » (page 15) Eh oui, si nous désirons changer profondément notre manière d'agir , il nous faudra accepter avec humilité de faire nos devoirs et je vous assure qu'il n'est pas facile de se mettre à la place de l'enfant que nous avons été un jour, pour nommer les sentiments que nous éprouvions dans telle ou telle situation ! De nombreux témoignages de parents étayent chaque chapitre, de très nombreux exemples de questions que nous nous posons tous à un moment ou à un autre : « l'une des frustrations inhérentes à la fonction de parents, c'est la lutte quotidienne qu'il faut mener en vue d'amener nos enfants à se comporter de manière convenable tant à nos yeux qu'à ceux de la société. Il s'agit là d'un travail ardu et exaspérant. » (page 73)

 

Le mot « habileté » utilisé dans ce livre, en traduction du terme anglais skill (savoir-faire, compétence concrète), me plaît particulièrement, laissant entendre que l'éducation est une sorte d'artisanat, un travail long et parfois fastidieux, où il est utile de se remettre souvent à l’ouvrage, où rien n'est jamais acquis : « la capacité de tenir compte des sentiments est un art plutôt qu'une science exacte. » (page 58). J'adore quand un livre commence par une telle vérité : « j'étais une mère merveilleuse avant d'avoir des enfants » ! (page 19) Que n'ai-je connu ce livre lorsque j'étais moi-même jeune maman ? Il m'aurait évité bien des erreurs, appris tant de choses nouvelles, et conforté dans ce que j'avais pu mettre en place de manière spontanée avec mes propres enfants.

 

Si « le but est le chemin lui-même » (proberve bouddhiste) il faut aussi accepter de trébucher et être bienveillant en premier lieu envers soi-même. S'affranchir de l'éducation que l'on a reçue est vraiment ardu. Changer est long et difficile, les auteurs avouent elles-mêmes avoir mis 10 ans pour apprendre les principes que contient ce livre, après avoir étudié auprès du docteur Haim Ginott psychologue de renom. Son livre révolutionnaire, réédité en 2013, « expose de manière simple comment élever nos enfants en associant empathie et discipline. Il introduit de nouvelles techniques de communication qui changent la façon dont les parents parlent à leurs enfants et les écoutent. »   

En tant qu'assistante maternelle, j'évoque souvent avec les parents les méthodes éducatives (= comment amener les enfants à faire ce qu'on attend d'eux!) et les éventuelles punitions (ah ! Les vertus du « coin »!). Ils sont bien souvent surpris lorsque je leur explique, qu'en général, je n'ai pas besoin de punir, car « quand les enfants se sentent bien, ils se comportent bien » (page 19) Dans ce livre, j'ai trouvé beaucoup d'arguments pour étayer mes dires, face à des parents parfois sceptiques !

 

Je recommande donc très vivement la lecture de ce livre, très facile d'accès, déculpabilisant, souvent drôle et toujours agréable. Mais pour changer en profondeur nos relations avec les enfants, après une première prise de conscience, pour aller plus loin, il faudra sans doute s'inscrire à plus d'une formation ( ou à des ateliers de groupe) pour passer de la théorie à la pratique, afin d'évoluer réellement  dans nos réflexes éducatifs : « Il y a une grande différence entre savoir quelque chose sur le plan intellectuel et l'appliquer dans le feu de l'action » (page 350). Des millions de personnes à travers le monde ont témoigné depuis trente ans, du fait que ce livre avait transformé leur vie : j'y ajoute modestement ma propre voix !

Conclusion du livre : «  Elle est exigeante et épuisante, la démarche qui consiste à vivre ou à travailler avec des enfants. Elle exige du cœur, de l'intelligence et de l'endurance. Quand nous ne vivons pas à la hauteur de nos propres attentes (et c'est compliqué de toujours le faire), nous devons être aussi indulgents envers nous-mêmes qu'envers nos enfants. S'ils méritent mille et une chances, accordons-nous mille et deux chances. » (page 291)

Pour en savoir plus :
info@auxeditionsduphare.com
http://auxeditionsduphare.com/rezoanimatrices/
à noter que pour les assistantes maternelles, la formation peut être proposée via IPERIA et prise en charge dans le cadre de la formation continue.
Françoise Näser

 

 

 

 


illustration:
l'enfant au coin sur MarieClaire.fr
 

 


Laisser un commentaire ?

Il n'y a pas de commentaire pour l'instant

Soyez le premier a laisser un commentaire sur cette article !

Les catégories

Facebook

Les Dernières publications

Les derniers commentaires