Publié le 01.01.2013 par Administrateur :: Chronique littéraire :: Mise à jour le 01.01.2013

Il serait exagéré de prétendre que j’aie vraiment tout compris du livre de Michel Serres, mais la partie concernant les jeunes, nos enfants et petits-enfants, ce « nouvel être humain né, pendant un intervalle bref, celui qui nous sépare des années 1970 »(1) et son rapport aux nouvelles technologies, est vraiment passionnante. Car c’est vrai que tout a changé, bien que les institutions et surtout le système scolaire peinent comme toujours, à en prendre conscience.

Ce nouvel individu que Michel Serres a appelé Petite Poucette  « n’a plus le même corps, la même espérance de vie, ne communique plus de la même façon, ne perçoit plus le même monde, ne vit plus dans la même nature, n’habite plus le même espace » (2) Et nous nous étonnons d’avoir parfois du mal à communiquer ! Car tout reste à inventer avec nos enfants qui vivent dans un monde souvent virtuel : une nouvelle morale, de nouvelles règles de vie, une nouvelle manière de se parler. On peut s’en offusquer, regretter le bon vieux temps, taper du pied, sévir ou jeter l’éponge, c’est aux adultes de s’adapter ! IL faut bien avouer que j’ai plus de nouvelles de mes (grands) enfants depuis que je suis sur facebook !

Attention, « le nom de l’héroïne n’indique pas « quelqu’un de sa génération », « quelque adolescente d’aujourd’hui », expressions de mépris. Non. »(3) « Entendez par Petite Poucette un nom de code pour tel étudiant, ce patient, cet ouvrier, ce paysan, cet électeur, ce passant, ce citoyen…anonyme, certes, mais individué »(4) car grâce à internet et à tout ce savoir immense à portée de clic, nous avons assisté à un « renversement de la présomption d’incompétence »(5) Aujourd’hui , ce n’est plus obligatoirement le maître qui sait mieux que l’élève, le médecin mieux que le patient, ou le patron mieux que l’ouvrier ! Nous assistons donc à l’avènement de la présomption de compétence et moi j’adore toujours autant cette expression !

Juste encore un petit mot pour tous les divorcés : « L’espérance de vie va vers quatre-vingts ans. Le jour de leur mariage, ses arrière-grands-parents s’étaient juré fidélité pour une décennie à peine. Qu’il ou elle [Petit Poucet ou Petite Poucette] envisagent de vivre ensemble, vont-ils jurer de même pour soixante-cinq ans ? »(6)

Et un autre petit mot pour les parents : « Ils sont formatés par les médias, diffusés par des adultes qui ont méticuleusement détruit leur faculté d’attention en réduisant la durée des images à sept secondes et le temps des réponses aux questions à quinze, chiffres officiels ; dont le mot le plus répété est « mort » et l’image la plus représentée celle de cadavres . Dès l’âge de douze ans, ces adultes-là les forcèrent à voir plus de vingt mille meurtres » (7) !!!!!! à méditer …

(1) et (2) p.13 (3) p.72 (4) p.73 (5) p.64 (6) p.8 (7) p .11 et 12

Petite Poucette de Michel Serres aux éditions Le Pommier, 2012

 


Laisser un commentaire ?

Il n'y a pas de commentaire pour l'instant

Soyez le premier a laisser un commentaire sur cette article !

Vous n'êtes pas connectés !

Pour pouvoir vous connecter, veuillez vous connecter s'il vous plait

Se connecter a mon compte Créer un compte

Les catégories

Facebook

Les Dernières publications

Les derniers commentaires