Publié le 01.01.2015 par ChroniqueAssmat :: Mes chroniques mensuelles :: Mise à jour le 03.01.2015

Ma chronique de Janvier 2015

 

 Pour Rodney ...

 

L'adaptation du petit Rodney, âgé de 3 mois s'était bien passée.

Accueillir un nouveau bébé, c'est, pour une assistante maternelle, à chaque fois, ouvrir un nouveau chapitre du livre de sa vie. Nous accueillons une nouvelle famille, avec ses habitudes, sa culture, ses différences. De jeunes parents nous confient leur petit bébé avec angoisse, peut-être : il faudra avant tout savoir les rassurer. Car ils sont contraints de faire confiance à une inconnue qu'ils ont choisie selon des critères qui leur sont propres : pour les uns, il faudra qu'elle soit bienveillante avant tout. Ils cherchent une nounou auprès de laquelle leur enfant grandira avec tendresse et affection. Pour d'autres, le professionnalisme sera le principal critère : ils apprécieront que leur assistante maternelle soit bien formée et puisse les guider dans leur nouveau rôle de parents. D'autres encore cherchent un accueil véritablement familial, où le conjoint et les enfants de leur nounou jouent un rôle important : ainsi leur enfant grandira dans une deuxième famille, dont chaque membre sera proche et apportera sa touche au tableau. Quels que soient leurs critères de sélection, ces jeunes parents ont maintenant choisi leur nounou, et une nouvelle aventure commence !

Par chance, chez Mylène et son mari, les parents de Rodney ont pu trouver tout cela à la fois. Agréée depuis 36 ans, Mylène peut parler d'expérience ! Maman de quatre grands enfants, issue elle-même d'une nombreuse fratrie, avec une maman assistante familiale, les enfants, c'est toute sa vie. Pour Mylène, d'ailleurs, « les enfants, c'est sacré, on n'y touche pas ! ». Secouriste volontaire, elle sait garder la tête froide en cas de problème et connaît les gestes qui sauvent, et cela rassure les parents, bien sûr, car ils savent qu'entre ses mains, leur bébé ne craint rien. Sa maison est équipée de baby-phones dans toutes les chambres, et malgré cela, elle a expliqué aux jeunes parents qu'elle allait régulièrement voir les bébés, vérifier que tout va bien et s'assurer que rien ne perturbe leur sieste. La présence au domicile de son mari, attentif et proche de son épouse, ainsi que celle de ses grands enfants qui eux aussi participent activement à l'accueil des petits, tout cela a mis les parents de Rodney en confiance. Au bout d'un mois d'adaptation, chacun a pris son rythme, et un matin, Maman dépose Rodney chez Mylène, puis, sereine, reprend le poste qu'elle occupait avant la naissance du bébé. Pour Nounou, c'est une belle journée qui commence.

Quelques heures plus tard, le monde de Mylène s'est écroulé et ce ne sont pas moins de 25 personnes qui se pressent dans sa maison. Samu, policiers, pompiers, réanimateurs, psychologues … La rue a été fermée à la circulation et les quatre camions de pompiers stationnant devant la maison laissent supposer aux voisins que quelque chose de grave est arrivé. Dans cette petite ville où tout le monde se connaît, la réputation de Mylène n'est plus à faire. Les pompiers qui la connaissent bien, et la tutoient comme on le fait avec une collègue, ont pris les choses en main : il faut sécuriser les lieux et ne pas risquer d’altérer les preuves car la police veut tout emporter, matelas, draps, baby-phone, doudou. Il faut prévenir les parents des petits pour qu'ils viennent chercher leurs enfants, mais surtout, il faut prévenir les parents de Rodney … Mylène est effondrée et sa fille de 20 ans présente au moment du drame, est en état de choc. Mylène se repasse le film des événements en boucle: la sieste de 10h, comme d'habitude, 3/4h tout au plus, avant d'aller chercher les autres enfants à l'école, puis ce terrible silence en entrant dans la pièce … Un silence qui va désormais hanter ses nuits ! Elle aura tout fait pourtant pour réanimer le bébé : le rituel, elle le connaît bien, la position est parfaite et pourtant, Rodney n'ouvrira plus les yeux.

L'enquête de police conclura à une mort subite du nourrisson que rien n'aurait pu empêcher et l'autopsie du bébé réclamée par les parents n'attestera que d'un léger rhume qui lui avait d'ailleurs fait régurgiter son biberon, mais rien de plus. Mylène, au dessus de tout soupçon, ne sera pas inquiétée et demandera même à son médecin à reprendre au plus vite le travail, un métier qui est tout pour elle. La présence des petits autour d'elle lui est indispensable pour que la vie revienne dans sa maison, même si cela semble difficile à comprendre pour ses proches et ses collègues. Si certains s'interrogent, les autres parents, eux, la soutiennent entièrement et sont heureux de pouvoir continuer à lui confier leur enfant. Les parents de Rodney, sa famille et Mylène affrontent le deuil ensemble, côte à côte, s'aidant mutuellement à surmonter l'épreuve. Ils lui ont offert un petit livre des photos de Rodney, à elle qui n'aura été sa nounou que quelques brèves semaines. Puis, un jour, c'est Ophélie qui entre dans leur vie, et ce deuxième bébé, cette deuxième chance de la vie, c'est à Mylène qu'ils veulent la confier et à personne d'autre. Celle-ci s'est équipée entre temps de baby-phones plus perfectionnés, avec caméra, et la petite Ophélie dort sur une tablette mesurant son rythme cardiaque. Cela rassure tout le monde. Une fois la période d'adaptation d'Ophélie terminée, c'est avec beaucoup d'angoisses que Mylène appréhende ce premier jour d'accueil. Comme pour Rodney, sa maman reprend le travail, et pour passer ce cap difficile, c'est une autre maman qui accompagnera Mylène durant la journée. « Des parents plus que formidables », une belle chaîne d'amour et de confiance.

Françoise Näser

est l'auteure de
"Une vraie vie de nounou"
sorti en 2012
toujours en librairie
et sur les sites de
vente en ligne.
12€  

 

 

 

 

 

(illustration du texte : photo partagée de la page fb
Maria Montessori)


Laisser un commentaire ?

Par sophie-do le 09.02.2015


Très beau témoignage, qui donne à réfléchir, on aurait beau aller voir l'enfant toutes les 20 minutes on ne peut pas savoir ce qu'il se passe entre les deux. Depuis la parution d eta chronique j'ai fait l'achat de plaques de détection de mouvement comme tu le sais, je ne le regrette pas, rien qu'aujourd'hui bébé enrhumé qui dort un peu trop, c'est rassurant.
J'ai envie d'ajouter, moi qui ai pris la peine de me former aux premiers secours, qui renouvèle tous les 2 ans pour bien se rappeler les gestes... à quoi ça sert s'il est déjà trop tard ? D'ailleurs il est écrit sur la notice de l'appareil que les parents doivent se former, une bonne idée....

1 Réponse(s)

ChroniqueAssmat à répondu le 09.02.2015


Il a fallu effectivement beaucoup de courage à notre collègue pour témoigner de cette expérience si dramatique. Même elle, secouriste, n'a rien pu faire !

Par lalaitou12 le 08.01.2015


très émouvant et tellement représentatif de notre métier : humanité !!!! des-fois je dis aux parents que l'on est un maillon important car nous avons à charge des " enfants" et pas des objets :!! nous sommes obligées souvent de défendre notre métier ,notre salaire, parce que nous savons toute l'attention,l'énergie que nous déployons pour des enfants qui ne sont pas les nôtres ! mais qui le deviennent dés qu'ils sont sous notre responsabilité ! c'est une belle leçon que donne cette famille en redonnant la garde de leur enfant à cette assistante maternelle ! belle chronique :

1 Réponse(s)

ChroniqueAssmat à répondu le 11.01.2015


merci Lalaitou,
je trouve aussi cette histoire admirable !
amitiés

Par nounouceline le 05.01.2015


je suis très émue! merci de ce message d'espoir et de confiance en la vie! quelle belle humanité si rare de nos jours

1 Réponse(s)

ChroniqueAssmat à répondu le 06.01.2015


C'est tout à fait vrai, Celine, c'est un beau message d'espoir !

Vous n'êtes pas connectés !

Pour pouvoir vous connecter, veuillez vous connecter s'il vous plait

Se connecter a mon compte Créer un compte

Les catégories

Facebook

Les Dernières publications

Les derniers commentaires