Publié le 14.06.2015 par ChroniqueAssmat :: Chronique littéraire :: Mise à jour le 24.06.2015

repenser l'éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau

« Ces connaissances scientifiques peuvent interpeller , heurter même, certaines personnes qui considèrent que la biologie est une approche trop mécaniste pour aborder les relations humaines. Pourtant la biologie n'enlève pas le mystère, la poésie, le charme des relations humaines mais au contraire en révèle toute la complexité. » (page 252)

Quel livre extraordinaire !
Quelle intelligence dans l'explication simple de notions aussi complexes ! Néanmoins, si j'ai pu chaudement recommander précédemment à toutes et à tous la lecture du livre « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » que l'on peut réellement mettre entre toutes les mains (des jeunes parents aux enseignants, en passant bien sûr par nous, assistantes maternelles), je dirais que ce livre-ci est réservé à ceux qui se passionnent  pour les mystères du cerveau humain, pour les avancées dans la recherche, et pour les retombées de ces nouvelles connaissances sur la pédagogie :

« Les neurosciences affectives nous donnent une représentation plus claire de l'enfant et des facteurs qui contribuent à son développement. Elles nous aident à savoir ce qu'il est possible ou non de demander et d'attendre d'un enfant selon son âge et le degré de maturation de son cerveau » (page 56)

A noter la préface de Thomas d'Ansembourg, "psychothérapeute et formateur en relations humaines. Depuis 1994, il enseigne la CNV (Communication Non Violente) selon le processus de Marshall Rosenberg. Il anime des conférences et des sessions de formation en Europe, au Québec et au Maroc. Il est l'un des membres fondateurs de l'Association Coeur.com, créée en 1996 avec le psychanalyste québécois Guy Corneau. Il est l'auteur du best-seller Cessez d'être gentil, soyez vrai, vendu à plus de 400 000 exemplaires et traduit dans 26 langues." ( source Amazon)

 

"Pour une enfance heureuse" est la démonstration qu'une relation empathique a une action décisive sur le bon développement de l'enfant. Ainsi, les 7 premiers chapitres sur le fonctionnement du cerveau doivent logiquement nous amener à comprendre le rôle prépondérant du maternage puis de l'éducation sur le bien être des enfants, par l'action de ces dernières sur leur cerveau : « Par exemple, durant les premières années de vie, l'enfant contrôle très mal ses émotions, ses impulsions, et la relation avec lui devient souvent très conflictuelle. C'est l'une des grandes difficultés auxquelles se confrontent les parents. Quand ils réalisent que le comportement de leur enfant est en partie dû à l'immaturité de son cerveau, ils comprennent alors qu' « il ne le fait pas exprès » et sont rassurés sur sa « normalité ». Ils peuvent ainsi adopter une attitude plus compréhensive et adaptée à son âge » (page 18) On comprend aussi le rôle terriblement délétère du stress : « La privation affectives et la maltraitance des enfants durant certaines périodes de leur développement peuvent avoir des répercussions irréversibles sur l'équilibre affectif à l'âge adulte » (page 171) Les chapitres 8 et 9 sont donc naturellement consacrés à la violence éducative ordinaire (veo) et à la difficulté d'être parents. En annexe, de nombreuses adresses de sites dédiés à la communication non violente et des conseils de lecture sur l'éducation bienveillante.

 

« Pour une enfance heureuse » intéressera donc celles et ceux qui souhaitent changer leur approche de l'enfant, qui cherchent à mieux comprendre les mystères de la petite enfance, au regard des découvertes récentes sur le fonctionnement du cerveau humain, et surtout qui veulent améliorer la qualité de leur relation avec les enfants et rendre au final le monde plus harmonieux : « Quand les adultes prennent soin d'eux-mêmes, de leur entourage et de la vie sous toutes ses formes, ils éveillent l'enfant à la conscience de faire partie de l'univers et d'avoir un rôle à jouer dans l'harmonie du monde. » (page 266)

Parmi les très (trop) nombreux sujets importants, passionnants et instructifs de ce livre, j'ai tenté d'isoler ceux qui nous concernent directement, en tant qu'assistantes maternelles, soit par exemple :

- le développement du cerveau affectif et social de l'enfant (pages 50-51) :
* dès la naissance, l'enfant sent, perçoit l'état émotionnel de son entourage. Il est capable d'empathie affective […]
* dès 6 mois, les enfants sont attirés par les personnes chaleureuses, bienveillantes et évitent les personnes malveillantes […]
* vers 1 an, le bébé témoigne de comportements altruistes
* vers de 14 mois, il sait réconforter ceux qui sont en détresse […]

* dès 15 mois, l'enfant a déjà le sens de l'équité.
* la conscience de soi commence à apparaître vers 15 mois et se développe à 2 ans. L'enfant éprouve alors les premiers sentiments liés à la conscience qu'il a de lui-même : embarras, jalousie, empathie cognitive [...]
* pendant sa troisième année, l'enfant commence à intégrer les règles sociales du vivre ensemble


« Améliorer, approfondir la formation des personnes travaillant dans le domaine de la petite enfance est capital. Cela rejaillirait de  manière positive sur le développement de l'enfant. » (page 126)

- la théorie de l'attachement (page115 à 126) :
Après un bref rappel des découvertes de John Bowlby, Catherine Gueguen explique toute l'importance de savoir déchiffrer les pleurs du tout-petit, un sujet que nous connaissons bien ! Les pleurs sont l'unique moyen de communication du tout-petit et « il ne pleure jamais sans raison » (page 119) D'une extrême vulnérabilité et soumis au bon vouloir des adultes «  il ne peut s’apaiser seul » (page 121) L'enfant laissé seul à sa détresse est envahi par les hormones de stress, et on aura vu au chapitre IV les terribles dégâts que l’afflux de cortisol peut engendrer sur le cerveau encore immature …
« Quand l'enfant est dans un lieu d'accueil, cette relation [une relation d'attachement qui sécurise et qui protège] se noue évidemment plus facilement si l'adulte prend soin d'un ou deux nourrissons. Lorsque l'adulte a en charge cinq ou six enfants de moins de 1 an, il ne lui est pas possible de répondre réellement aux besoins affectifs de chacun » (page 119) En ce qui me concerne, j'y vois un plaidoyer en faveur de l'accueil individuel et familial !!!

- l'importance du jeu (pages 259 à 265) et en particulier du jeu libre :
« Jouer tous les jours, suffisamment longtemps, participe au développement de l'intelligence sociale, émotionnelle de l'enfant ainsi qu'à son équilibre psychique global […] Les laisser rire, jouer, s'amuser, se disputer, sans intervenir, sauf nécessité, leur faire confiance est le meilleur moyen pour qu'ils apprennent à s'entendre. A l'inverse, surveiller leurs jeux de trop près, en étant trop intervenant, intrusif, les empêche d'acquérir leur autonomie. »
On pourrait alors légitimement se poser la question : "pourquoi dans ce cas, nos animateurs de Ram, professionnels de la petite enfance formés et diplômés,  imposent-ils donc tant d'activités encadrées" , n'est-ce pas ???

 

En conclusion, je dirais que les méthodes éducatives bienveillantes développées par Adele Faber et Elaine Mazlish il y a de cela 30 ans, se voient ici entièrement étayées et justifiées (si cela devait s'avérer nécessaire) par les connaissances scientifiques et les découvertes en matière de neurosciences affectives.
Un tout petit minuscule bémol, concernant les assistantes maternelles, une unique fois citées en exemple dans ce livre pour illustrer une situation de stress pour Tom, 2 ans, déposé dès 8h chez la nourrice : « Quand ils arrivent chez la nourrice, deux enfants sont déjà là, qui pleurent. » (page 181) Quel dommage, pour nous qui prenons soin de près d'un million d'enfants par jours, car « vivre avec un tout-petit, à un âge où « être raisonnable » n'existe pas encore, peut être éprouvant et demande une patience renouvelée quotidiennement » (page 316) Alors, un petit mot d'encouragement d'une si grande dame, aurait sans doute été le bienvenu ...
Françoise Näser

 

auteure de

"Une vraie vie de nounou"

en librairie ou sur

 les sites de vente en ligne 12€

            
 

Pour écouter Catherine Gueguen parler de son livre : https://www.youtube.com/watch?v=oJzBvmzibD4

iconographie :
image du cerveau sur : http://www.brocku.ca/abieducation/binder/French/chap1.html
les bébés : les-supers-parents.com et maternitéSibellissima.fr
la mère et l'enfant : Holly Sierra
enfant qui joue au ballon : guidepratique.fr
 


Laisser un commentaire ?

Il n'y a pas de commentaire pour l'instant

Soyez le premier a laisser un commentaire sur cette article !

Vous n'êtes pas connectés !

Pour pouvoir vous connecter, veuillez vous connecter s'il vous plait

Se connecter a mon compte Créer un compte

Les catégories

Facebook

Les Dernières publications

Les derniers commentaires