Publié le 27.02.2015 par ChroniqueAssmat :: Mes chroniques mensuelles :: Mise à jour le 16.03.2015

 

Chronique de Mars 2015 :

Elles en ont du courage et de l'endurance, nos collègues qui passent le CAP, en candidates libres ou par le biais de la VAE. Bravo à elles ! Mais quel dommage que toute cette énergie ne mène pas vers un diplôme concernant réellement l'accueil familial et apportant une valeur ajoutée à notre travail au quotidien ...


« Mais pourquoi donc, cette eau ne veut-elle pas bouillir ? » se demandait Manon, le cœur battant ! Habillée d'une blouse blanche, d'une charlotte sur la tête et de sabots en plastique aux pieds, elle avait du mal à se reconnaître elle-même : qui était donc cette jeune femme qui avait décidé un beau jour de passer le CAP Petite Enfance ? Comment en était-elle arrivée là, précisément ici, devant ce fourneau, à attendre interminablement que l'eau bout ? Déstabilisée par ce nouvel environnement, cette cuisine rutilante d'un lycée professionnel, observée de près par un jury, déguisée en cuisinière de collectivité, loin de ses habitudes et de ses repères à la maison, elle attendait avec angoisse que l'eau dans la casserole veuille bien commencer à chauffer sur des plaques électriques qui semblaient désespérément ne pas vouloir qu'elle valide l'EP3 de son CAP ! Pourtant lorsqu'elle avait pris connaissance du menu à préparer : « coquillettes-jambon », habituée à cuisiner de bons petits plats pour les enfants qu'elle accueille depuis maintenant deux ans, elle s'était dit que c'était largement dans ses cordes. Mais c'était sans compter le manque de bonne volonté affichée par les plaques électriques : et cette eau qui ne bouillait toujours pas …

Le CAP Petite Enfance est actuellement la seule certification, diplôme de niveau 5, proposé aux assistantes maternelles. Il est constitué de 3 épreuves : la première concerne l'accueil à domicile, la deuxième l'accueil en structure et la troisième les techniques services à l'usager dont l'entretien des locaux. C'est donc un diplôme que l'on peut qualifier de « bâtard », ne satisfaisant finalement personne.  A noter que la validation de l'Ep1 n'est même pas obligatoire pour travailler en tant qu'assistante maternelle et n'a aucune incidence sur l'agrément qui a été délivré avant toute formation : un paradoxe de plus ! Mais il y a plus grave : la deuxième partie de la formation, devenue « bachotage » pour passer l'Ep1, perd de son intérêt concernant des apprentissages pourtant essentiels. « De ce fait, les assistantes maternelles interrogées expriment une double frustration : une transmission de savoir amoindrie et une préparation incomplète à l'examen . » (1).  Ainsi le contenu même de l'Ep1 est remis en question par certaines jeunes collègues qui le jugent « inadapté à la réalité de leur activité et un certain nombre d'assistantes maternelles souhaiteraient l'élaboration d'un diplôme d'assistantes maternelles » (2).  Un vrai diplôme, après une vraie formation : beaucoup en rêvent !

Grand moment de solitude pour Manon ! « Que faire en attendant que l'eau bout ? », se demandait-elle nerveusement . La veille avait apporté son lot de stress avec les épreuves orales où elle avait dû expliquer au président du jury le fonctionnement et les règles de notre profession, de la demande d'agrément à l'organisation à domicile, président du jury qui semblait n'avoir jamais rencontré d'assistante maternelle jusqu'à ce jour. « S'il joue la comédie, il la joue parfaitement !» s'était alors dit Manon. La fatigue commençant à se faire sentir, les retombées de l'adrénaline des jours précédents provoquant un léger vague à l'âme, Manon se plaît à rêver : une future Mam, avec trois autres collègues partageant les mêmes valeurs … Leur projet pédagogique s'orienterait vers les pédagogies alternatives, un mélange de tout ce qu'on pouvait lire actuellement pour travailler avec les enfants dans le respect de leurs besoins et pour leur proposer un accueil de qualité. C'est avec cet objectif qu'elle avait décidé de passer le CAP Petite Enfance: tiens, à ce propos, ça y est , l'eau bout enfin !


La formation initiale obligatoire étant  ce qu'elle est, c'est à dire insuffisante tant au niveau du contenu que du nombre d'heures, beaucoup d'entre nous, conscientes des lacunes, cherchent à se former davantage. La formation continue reste à ce jour toujours aussi difficile d'accès, ce qui pose la question de l'utilisation des sommes versées par nos parents-employeurs à cet effet. Reste l'autoformation, la formation à distance, les recherches personnelles, les lectures professionnelles qui apportent les connaissances théoriques qui nous manquent cruellement au quotidien, en particulier concernant la communication sur nos pratiques, tant avec les parents qu'avec les autres professionnels de la petite enfance : savoir analyser ce que nous faisons quotidiennement avec les enfants, savoir mettre des mots sur notre travail, savoir exprimer de manière théorique ce qui peut nous sembler évident, c'est loin d'être facile ! Quel engagement personnel, quelle dose d'autonomie, quel investissement en temps et en énergie que de se plonger dans les livres et les revues, de faire des recherches sur internet, de lire des blogs ou de participer à des conférences  ou des forums, une fois les enfants partis, après une très longue journée : chapeau, les collègues!
Françoise Näser

 

auteure de

Une vraie vie de nounou           

toujours en librairie
ou sur les sites de vente en ligne
12€
            

 


(1) Fabienne Champlong, dans « Accompagner la professionnalisation des Assistantes maternelles », Chronique Sociale, Lyon , mai 2011, page 48
(2) Assistantes Maternelles magazine n°104 Août/Septembre 2013 page 41

iconographie :
http://www.cv-cuisinier.com/
http://penelope66.centerblog.net/175-petit-chef-cuisinier?ii=1
http://www.1zoom.me/fr/wallpaper/377448/z2338.7/

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire ?

Par Linnalou le 05.03.2015


LA CERTIFICATION DE L’ASSISTANTE MATERNELLE

Inscrite au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) depuis 2009, la certification de l’assistante maternelle (dont l’intitulé exact est “certification d’assistant maternel et de garde d’enfants”) est la solution idéale pour mettre à profit ses années d’expérience et les faire reconnaître en qualification.
Non obligatoire, ce titre a été établi, dans le seul but de créer une reconnaissance supplémentaire à l’assistante maternelle. Il ne substitue en rien l’agrément, qui reste la seule obligation légale à l’exercice du métier.

La certification est principalement accessible par la validation des acquis d’expérience (VAE). La formation initiale n’est qu’une voie annexe et peu utilisée pour accéder à ce titre. La procédure de certification se fait en plusieurs étapes et nécessite un accompagnement, pour sa validation.
LES CONDITIONS D'OBTENTION DE LA CERTIFICATION

La certification, par la VAE, est une opportunité de faire reconnaître ses compétences professionnelles. Idéale pour les personnes sans diplôme, elle permet d’obtenir une qualification de niveau V, équivalent au CAP ou BEP.
Ce droit individuel est ouvert aux assistantes maternelles, dotées d’une expérience de 3 ans sur 5 années d’exercice et cumulant 3000 heures de travail.
La certification est également ouverte aux demandeurs d’emploi, via la formation initiale, qui peut être financée par Pôle emploi. Très complète, la personne doit effectuer 415 heures de formation. Pour obtenir votre certification, vous devrez suivre 406 heures au sein d’un organisme labellisé, puis 105 heures en situation professionnelle et 10 heures de prévention et secours civiques de niveau 1.

LA PROCÉDURE DE LA CERTIFICATION

Assez longue et entièrement gratuite, la certification demande un investissement en temps de l’assistante maternelle. Elle peut être accompagnée, tout au long de sa démarche, par un organisme de formation labellisé, pour maximiser ses chances de décrocher son diplôme.

Sur toute la France, on trouve un réseau de 348 centres labellisés, par l’institut Ipéria, qui accompagne la formation continue des assistantes maternelles et la professionnalisation des emplois de la famille.

Les étapes de la certification

En 4 temps, la certification requiert l’accord de l’institut de formation et des employeurs. De plus, elle nécessite un sérieux travail de préparation pour le montage du dossier de compétences, que l’assistante maternelle devra présenter à l’oral à un jury professionnel.

1. La demande de dossier de recevabilité

La candidate doit faire une demande de dossier de recevabilité, auprès de l’institut Ipéria. La candidate doit renseigner diverses informations, telles que son identité et son parcours professionnel. Elle doit y joindre des bulletins de salaires, ainsi que des attestations d’employeurs, prouvant qu’elle a bien travaillé durant 3 années.

Une lettre de motivation est un élément à ajouter au document administratif. Elle permet de présenter son parcours professionnel et son envie de se former. La candidate doit mettre en avant des arguments :
Sa motivation pour évoluer dans sa profession.
Développer son activité multi-employeurs.
Faire reconnaître son savoir-faire auprès des parents, lors d’entretiens d’embauche.

La commission étudie le dossier et donne son accord ou désaccord, en fonction de sa qualité et si les critères de base sont bien remplies.

2. La demande de DIF auprès de l’employeur

La certification par VAE entre dans le cadre du droit individuel à la formation (DIF), pour une assistante maternelle en exercice. A l’initiative du salarié, le DIF est un droit accessible à tout salarié, qui nécessite l’accord de son ou ses employeurs.

3. Accompagnement au montage du dossier de VAE

La certification passe par le montage d’un livret des pratiques de l’assistante maternelle, qui doit démontrer ses compétences et son professionnalisme.

Ce dossier doit être bien construit, c’est pourquoi l’accompagnement VAE auprès d’un organisme de formation labellisé est, bien que non obligatoire, vivement recommandé, pour réussir à décrocher sa certification.
Des ateliers collectifs (21 heures en 3 jours) et individuels (3 heures) sont proposés gratuitement, pour faire le point sur les expériences passées, monter un dossier de VAE et préparer l’oral devant le jury.

Très concrète et pratique, la formation se découpe en 3 ateliers :
Organisation de l’espace professionnel

Ce module a pour objectif de cadrer l’activité professionnelle, aussi bien dans son exercice que dans son espace. L’assistante maternelle bénéficie d’un rappel des consignes de sécurité, pour la prévention des accidents domestiques.

Des notions d’aménagement du logement sont enseignées, en fonction d’une évaluation des risques, afin de sécuriser les espaces de vie de l’enfant.
Développement de son activité employeur

L’assistante maternelle, en tant que travailleur indépendant, doit développer son activité professionnelle. Ce module l’aide à développer les moyens, pour se faire connaître et répondre aux besoins des employeurs. De plus, la rémunération et le contrat de travail sont évoqués, sous un volet juridique et social, pour établir une relation employeur / salarié, en respectant les règles du Code du travail et de la convention collective.
Accueil et prise en charge des personnes
Ce module très complet se déroule en 3 temps :
La préparation et l’accueil des familles. L’assistante maternelle bénéficie de conseils pour organiser son quotidien et réussir un entretien d’embauche, auprès d’un particulier employeur.
Le confort et l’hygiène de vie. Un enfant nécessite des soins particuliers, qui demandent un savoir-faire technique simple.
L’accueil et la prise en charge. La professionnelle a pour mission de participer au développement de l’autonomie de l’enfant. Ce volet a pour but de l’aider à créer un lien entre l’enfant et l’assistante maternelle et gérer les départs et les arrivées des enfants.

Ce temps d’accompagnement sert à aider à construire son dossier de preuves de compétences, qui est rédigé hors temps de formation.
4. Oral devant le jury

La présentation de la candidate à la certification devant le jury est l’aboutissement de plusieurs mois de travail.
Avant la soutenance, le jury a pris connaissance du dossier de preuves de compétences, rendu préalablement.

Devant un jury tripartite (un particulier employeur, une assistante maternelle et un membre de l’institut Ipéria), la candidate doit se présenter et démontrer, en une dizaine de minutes, ses arguments de motivation pour décrocher son diplôme.
L’assistante maternelle dispose de 30 minutes pour présenter son dossier et parler de son travail quotidien, durant lequel le jury peut intervenir pour poser des questions.

Exemples de questions : Quelles activités d’éveil proposez-vous à un enfant de 18 mois ? Comment procédez-vous, à l’heure de midi, pour donner à manger aux 3 enfants accueillis ? Donnez des exemples de menus.

Le jury délibère sur l’obtention du titre, en concertation et communique immédiatement le résultat à l’assistante maternelle. 3 cas de figure se présentent :
Une validation totale : l’assistante maternelle est titulaire de la certification, inscrite sur le passeport formation.
Une validation partielle : tous les modules ne sont pas validés. La professionnelle doit, soit acquérir davantage d’expérience, soit intégrer un module de certification partielle de 16 heures.
Un refus de validation : le jury ne donne pas son accord pour la certification et ne valide aucun module.

L’assistante doit attendre 6 mois pour se représenter à l’examen, avec un nouveau livret de pratiques professionnelles. En cas de validation partielle, au-delà de 5 ans, la professionnelle perd ses acquis et doit repasser la certification intégrale.
Source : http://nounoupascale.blogspot.fr/2013/07/la-certification-de-lassistante.html

1 Réponse(s)

ChroniqueAssmat à répondu le 06.03.2015


Eh bien ... merci pour ce long commentaire !
Je vois que cette certification est proposée par Ipéria. Merci pour le renseignement.
Je suis néanmoins interpelée par le terme "travailleur indépendant car ce n'est pas notre statut ...

Par MicheLLe le 04.03.2015


Assistante Maternelle Agréée depuis 2000, désireuse d'un peu plus de Reconnaissance. . .
" Jeune " diplômée CAP Petite Enfance par le biais de la VAE avec un accompagnement (GRETA) que j'ai pu me faire entièrement financé.
J'ai également pu faire "déclencher" des formations continues (DIF)... persévérence et détermination ont été nécessaires pour enfin réaliser de très intéressantes formations continues Ipéria : "s'occuper d'un enfant en situation de handicap" , " l'éveil de l'enfant" et hors catalogue Ipéria : "communiquer avec le tout-petit avant le stade du langage"
et très prochainement " recyclage gestes 1er secours PSC1" hors catalogue Ipéria par le biais du Compte personnel de formation (CPF).
Réussir à programmer des formations continues des samedis pas si facile !
... et ainsi nous permettre d'évoluer dans nOtre Métier !
:D

1 Réponse(s)

ChroniqueAssmat à répondu le 05.03.2015


Merci Michelle pour votre témoignage. Et bravo !
On nous reproche sans cesse d'être les travailleurs sociaux les plus mal formés : et que fait-on pour que nous ayons une formation à la hauteur des enjeux pédagogiques et éducatifs ?

Par Linnalou le 02.03.2015


"Je suis CAP " c’est un moyen de contribuer à la professionnalisation des assistantes maternelles et donc à la reconnaissance du métier en obtenant toutes les unités du CAP.
Personnellement, Je suis toujours dans la recherche de m’améliorer, d’apprendre afin de faire mon travail le plus professionnellement possible.
J'ai passé mon CAP PE en candidate libre, franchement avec un peu de travail c'est pas compliqué, surtout quand on a de d'expérience dans le monde de la petite enfance.
C'est vrai que l'EP3 n'est pas du tout adapté à notre métier.
L'EP2 m'a beaucoup apporté, il m'a permis de me remettre en question et d'analyser mes pratiques.
J'ai passé la VAE certification assmat l'année dernière, toujours dans le but d'apprendre plus et d'ajouter des « cordes à mon arc ».
Sans oublier les formations continues Iperia que je fais régulièrement afin de consolider et d'enrichir mes connaissances, de perfectionner et d’échanger sur mes pratiques, d'adopter les bonnes pratiques, de m’adapter à l’évolution du métier et surtout pérenniser mon emploi.
Alors oui « je suis CAP » tout est bon à prendre dans le but de se professionnaliser.

1 Réponse(s)

ChroniqueAssmat à répondu le 05.03.2015


Merci pour ce témoignage.
Pouvez-vous m'éclairer sur la VAE certification assmat ?

Par Coco le 02.03.2015


Je fais partie de celles qui depuis des mois repousse et repousse et cogite encore le jour où je me serai enfin décidée à franchir le pas vers la VAE ! A lire, à écouter mes collègues qui doivent la préparer sur plusieurs mois et à côté de ça continuer mes formations proposées par IPERIA les samedis, travailler la semaine ... sans oublier ma vie de famille, je trouve, en effet, que la reconnaissance professionnelle au bout de ce long parcours est vraiment minime pour ne pas dire nulle vue qu'elle n'aboutit à aucun débouché ! Donc, je pense que "je ne suis pas CAP" jusqu'au jour où un vrai diplôme d'assistante maternelle sera proposé ! ;-)

1 Réponse(s)

ChroniqueAssmat à répondu le 05.03.2015


Merci Coco pour ce témoignage qui illustre parfaitement la difficulté de se former sur le temps libre, lorsqu'on a déjà un métier très prenant !
Une vraie formation et un vrai diplôme qui concernerait l'accueil à domicile, c'est aussi mon choix personnel.
Amitiés

Par sandrine33 le 02.03.2015


C'est toujours un réel plaisir de lire tes chroniques Françoise. J'ai passer mon CAP par la VAE, cela m'a pris 9 mois pendant les siestes, les soirées, les week-end et même mes vacances. Un dossier qui m' a permis cependant d'analyser mes pratiques, de les expliquer, de les justifier. Un gros dossier mais surtout un grand travail sur ma profession pas valider comme il le devrait car effectivement ce diplôme ne nous correspond pas. Notre métier nous demande une formation personnelle si nous voulons l'exercer dans de bonnes conditions. Contrairement à ce que pense "les gens", nous ne vivons pas avec les enfants dans un monde des bisousnours. Les enfants sont complexes ainsi que leurs parents. Et c'est surtout un métier avec des relations humaines très fortes. J'exerce ce métier depuis plus de 11 ans et je dois dire qu'il me convient par sa liberté d'organisation et cette recherche constante de s' améliorer et de comprendre les situations parfois compliquer. Merci encore pour cette lecture matinale. J'espère lire prochainement ton second livre. Bises.

1 Réponse(s)

ChroniqueAssmat à répondu le 05.03.2015


Merci beaucoup Sandrine !

Par sophie-do le 01.03.2015


Ah les plaques électriques.... :-) j'ai passé un bon moment, même si ce n'était pas forcément le but, merci :-)

1 Réponse(s)

ChroniqueAssmat à répondu le 02.03.2015


Merci Sophie ! Le but est de faire réfléchir à des sujets plus ou moins difficiles, en gardant de l'humour (si possible) ... Amitiés

Vous n'êtes pas connectés !

Pour pouvoir vous connecter, veuillez vous connecter s'il vous plait

Se connecter a mon compte Créer un compte

Les catégories

Facebook

Les Dernières publications

Les derniers commentaires