Connexion
menu.blog.press_title menu.blog.current_title menu.blog.monthly_chronicles_title menu.blog.event_title menu.blog.book_chronicles_title menu.blog.manually_activity_title menu.blog.law_articles_title
Navigationhome menu.home list_alt menu.blog.title person menu.home_title school menu.biography_title mail_outline menu.contact_title

Des enfants exceptionnels !

ma chronique de Janvier 2018

Autour du raconte-tapis, ce sont aujourd’hui pas moins de cinq enfants qui se pressent, attentifs et concentrés. Les couleurs, les matières, les peluches et les éléments de l’histoire forment un tout, interactif et ludique, qui attire les enfants comme un aimant. Anaïs, 18 mois, se lève, va chercher le sac à histoires, en choisit une et la magie peut opérer. Pour Madeline, toujours en recherche d’idées pour accompagner les enfants qu’elle accueille, le raconte-tapis mais aussi bien d’autres supports font partie du quotidien pour créer un environnement multi-sensoriel : les tablettes lumineuses qui intensifient le contraste et invitent les petits à dessiner, même les plus réticents, les colonnes à bulles dont les couleurs changeantes et les vibrations captivent et fascinent les enfants, les gerbes de fibres optiques qui forment un halo de lumière et encouragent la manipulation, les plaques ou dalles de motricité sur lesquels les petits et les plus grands adorent marcher en découvrant sous leurs pieds nus des textures différentes. Le sable magique grâce auquel ils peuvent faire des pâtés toute l’année, triturer et malaxer la matière, c’est amusant et relaxant, tout comme la pâte à modeler nuage (1) qui leur permet une manipulation sans effort. Et bien sûr, la musique joue un rôle central, avec toutes sortes d’instruments que les enfants apprennent à reconnaître avec le temps, et qui les apaisent. Chez Madeline, tous se sentent accueillis avec bienveillance : elle éveille leur curiosité par une recherche incessante de nouveautés et leur propose de nouvelles expériences adaptées à leur âge et à leurs capacités, elle les encourage à communiquer entre eux et avec les adultes, elle les invitent à explorer leurs sens, le toucher, l’ouïe. Pour autant, elle ne les stimule pas non plus à longueur de temps, leur laisse du temps pour rêver, pour être des enfants, tout simplement.

Madeline est assistante maternelle depuis quelques années déjà, agréée pour 4 places, avec une dérogation reconduite à la demande pour un cinquième enfant, et accueille actuellement 8 enfants en tout, certains quelques heures par semaine. C’est le cas d’Anaïs et de Valentine, toutes deux déficientes visuelles qu’elle accueille deux jours par semaine. « Comment vais-je faire ? » s’était-elle inquiétée dans un premier temps et sa puéricultrice référente, consciente de l’enjeu, avait accepté de faire en son nom une demande d’AVS (2) auprès du Conseil départemental, une première nationale pour une assistante maternelle, requête sitôt rejetée. Sa demande d’aide financière pour se rendre à une réunion d’information à l’Institut des Déficients Visuels à 100km de chez elle et pour indemniser sa perte de salaire n’avait été que très partiellement entendue, après passage en commission, tandis qu’un petit budget lui avait tout de même été attribué pour l’achat de jouets et jeux spécifiques. Mais le plus important pour elle, c’est que les petites, très entourées, vont très bien, ne manquent ni d’amour, ni de compagnie. Madeline n’a prévu aucun aménagement particulier de son domicile, estimant que ce ne serait pas leur rendre service et qu’elle se devait au contraire de les préparer de son mieux à affronter la vraie vie. De même pour Sofiane, souffrant de graves troubles de l’oralité qui lui compliquaient grandement le quotidien. Pour communiquer avec elle, Madeline avait appris la langue des signes pour bébés et ce n’était pas moins de 30 signes que la petite maîtrisait déjà ! « Ne changez surtout pas de nounou, elle est bien celle-ci ! » avait confié l’orthophoniste à la maman de Sofiane, sans pour autant souhaiter la rencontrer ni échanger avec elle. Alors que Madeline était en contact étroit et intime avec la petite 30 à 40h par semaine, le CAMSP (3) ne voyait non plus aucun intérêt à une quelconque collaboration. Avec une assistante maternelle, pensez-donc !

Son intérêt pour le handicap, Madeline l’avait développé très jeune, à l’âge de 12 ans après la visite d’un IMP (4) où elle avait eu une véritable révélation : elle en avait fait son métier en devenant éducatrice spécialisée. Après l’arrivée de ses propres enfants, Madeline qui souhaitait se reconvertir, était devenue assistante maternelle. Un projet familial, validé par son conjoint et ses enfants qui avaient bien pesé le pour et le contre. Bientôt inscrite dans le catalogue régional des assistantes maternelles souhaitant accueillir des enfants porteurs de handicap, elle s’était vu confier un petit garçon suivi par l’ASE (5). Pour Madeline, accueillir un enfant, c’est accueillir sa famille, encore plus lorsque l’enfant est porteur de handicap : le travail de soutien à la parentalité est alors bien réel, indispensable, car les parents sont souvent en grande souffrance, perdus et démunis. Madeline choisit toujours ses paroles avec grand soin, se montre bienveillante dans ses observations, jamais directive. En l’absence de formations spécifiques, internet est une source d’informations sans limite avec ses très nombreux sites et groupes d’échange et de réflexion où elle se sent soutenue, conseillée et encouragée dans la voie qu’elle a choisie. Sa puéricultrice référente sait également se montrer toujours présente lorsqu’elle en a besoin. Loin des remarques désobligeantes de certaines collègues qui ne comprennent pas sa démarche, loin du regard désapprobateur de certains parents à l’aire de jeux ou des réticences de l’animatrice de Ram, son bonheur, c’est d’entendre parfois Jules dire à Anaïs : « regarde, regarde ! » en lui décrivant une scène que la petite ne peut voir, ou bien d’observer Léo qui prend Sofiane par la main en lui disant « allez viens, on court ! ». Son bonheur, c’est de vivre l’intégration au quotidien, comme une évidence, et d’apporter sa contribution à un monde meilleur.
Françoise

        

illustrations :
www.hoptoys.fr

 

thumbs_up_down pages.articles.article.notes_title

info Vous devez être connecté pour voter. Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous à votre compte ChroniqueAssmat.

0 resources.articles.comments.title

resources.articles.comments.empty

resources.articles.comments.publish_title

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter. Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous à votre compte ChroniqueAssmat.